obsèques
Famille et enfants

Conseils pour faire face au décès accidentel d’un membre de la famille

Suite au décès accidentel d’un membre de la famille, on a un rôle important à jouer pour soutenir, aider ou tout simplement être présent pour ses proches. Cependant, la mort accidentelle frappe subitement et plonge les proches de la victime dans un état de colère et d’injustice. D’autant plus qu’un tel drame implique des deuils particuliers et difficiles. Retrouvez nos conseils pour faire face au décès accidentel d’un membre de la famille.

Faire ses adieux au défunt

Tout d’abord, quand on accompagne un proche qui est gravement malade, on peut prévoir sa mort et se préparer à vivre un deuil. De ce fait, le choc du décès est en quelque sorte amorti. N’hésitez pas à cliquer ici si vous cherchez un service funèbre. Par contre, la mort accidentelle ne laisse aucune possibilité de préparation.

Bien sûr, on n’a pas eu le temps de parler avec le défunt de ses dernières volontés. Ce qui rend les formalités en rapport avec les décès plus difficiles à affronter. D’ailleurs, étant en état de choc, qu’on a du mal à admettre qu’il soit parti, organiser des obsèques devient très complexe.

En effet, il est bouleversant de réaliser qu’on n’a pas eu le temps de régler les différends qui existent peut-être dans notre relation avec l’être cher. Cependant, une telle chose risque de rendre le deuil parfois plus difficile à traverser. La meilleure chose à faire est de faire ses adieux et de se pardonner soi-même.

Éviter la dépression en consultant un professionnel

Par ailleurs, la perte accidentelle ne s’inscrit pas dans l’ordre naturel des choses et cause souvent une grande charge de colère et de culpabilité. En ce sens, on a tendance à chercher une cible à l’agressivité qu’on ressent. Cette colère va se diriger soit vers le destin, soit vers un conducteur ou bien envers soi-même.

Par ailleurs, on a de la culpabilité qu’on a l’impression qu’on aurait pu faire quelque chose pour empêcher le drame. Et il est possible qu’on en vienne à penser qu’on ne mérite pas de vivre ou encore à regretter de n’être pas mort à sa place. Bien que la colère et la culpabilité soient des émotions normales, elles risquent de devenir des éléments perturbateurs.

C’est pourquoi, il est préférable de consulter un professionnel afin d’éviter la dépression. Bien sûr, le deuil suite à un décès accidentel est très intense et particulièrement long à traverser dont il est souvent nécessaire de chercher de l’aide extérieure. Ce professionnel est en mesure d’apporter un soutien psychologique ainsi qu’une écoute attentive.

Affronter la terrible vérité

Pour ce genre de départ, la réalité devient souvent des cauchemars. Toutefois, il n’en demeure pas moins qu’affronter cette terrible vérité soit mieux qu’à la nier de façon prolongée. En ce sens, on peut poser des questions aux policiers ou aux témoins afin de savoir les circonstances exactes du drame.

Par ailleurs, il est certes bouleversant de se retrouver devant le corps d’un membre de sa famille, mais voir le corps permet de rendre la perte plus réelle et passer la phase du déni. De plus, si on sait la vérité, on a la possibilité d’imaginer le drame et cela permet de stabiliser sa version personnelle de la mort.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *